Rue du Tunnel

Mis à jour : 5 juin 2019



La Place du Tunnel et la Rue du Tunnel sont liées spatialement mais aussi à travers leurs usagers qui sont souvent les mêmes. Les petites boutiques qui longent la rue dans les deux sens sont autant de portes sur le monde. On y trouve des magasins et des bistrots de toutes les régions (y compris de la région Vaudoise!). Rue cosmopolite par excellence, sa vitalité surprend dans un contexte général de morosité pour les petits commerces qui subissent de plein fouet la concurrence des grandes surfaces et des boutiques en-ligne.



Certains estiment que la rue du Tunnel représente un contrepoint encourageant face à la disparition des petites boutiques au profit des grandes surfaces. Ici les petits commerces peuvent encore bénéficier de loyers intéressants dans un périmètre central avec pas mal de flux piéton, notamment des gens qui descendent de la Borde et du Vallon. Bien que la rue longe la Place de la Riponne, les deux espaces ne communiquent presque pas. L’entrée du parking de la Riponne et la différence de niveau entre la Rue du Tunnel et la Place de la Riponne constituent une vraie barrière physique. La Rue du Tunnel qui pourrait servir de trait d’union entre les deux places passe en fait totalement à côté de la Riponne.




Les bistrots se remplissent à midi quand ils servent les nombreux employés de bureau qui travaillent dans les immeubles qui longent la rue et les alentours. Ils offrent différents types de menus (et prix) à un public diversifié. Certaines boutiques branchées cherchant à se différencier des boutiques du centre ville ou du quartier du Flon se sont installées dans la rue. Anciens et nouveaux commerçants ont des rapports amicaux et estiment que leurs activités et les publics qu’ils attirent sont compatibles voire complémentaires. Le public “bobo” semble apprécier la diversité culturelle, commerciale et démographique de la rue. Les commerçants qui sont là depuis plusieurs années comprennent que le changement est en cours, mais ne voient pas forcément ça d’un mauvais œil. Le développement est bon pour les affaires, tant qu’on arrive à payer le loyer.