Perception des enfants : un réseau d'équipements comme points de repères

Mis à jour : 6 juin 2019



Faire le lien avec le périmètre élargi


La place des enfants dans le périmètre nécessite d’abord d’être mise en lien avec le périmètre élargi. En effet, les rencontres avec les enfants lors de la démarche participative, ont mis en évidence l’importance du réseau d’équipements de quartier, qu’ils fréquentent - ou ont fréquenté - quotidiennement :

le Collège de la Barre, situé en surplomb de la place du Tunnel,

les centres pour jeunes et enfants (la PJB - Permanence Jeune Borde, la FASL - Fondation pour l’animation socioculturelle lausannoise du Vallon, la Halte de jeux de la Grenette),

l’aire de jeux de la place du Nord (la seule grande aire de jeux à proximité du périmètre)

les garderies de la Planète Bleue, de La Chotte et de La Madeleine.


Des chemins détournés


Ces équipements constituent des points de repères entre lesquels se tisse la perception particulière des quartiers par les enfants qui les relient, à pied, en empruntant des chemins détournés. Ainsi afin d’éviter la place du Tunnel, ils préfèrent relier la rue de la Borde et la place du Nord via le chemin des écoliers, le long du coteau boisé. Ce chemin est aussi quotidiennement utilisé pour accéder au Collège de La Barre. Depuis la rue Saint Martin, certains préfèrent se rendre à l’école en montant via les escaliers du Tunnel plutôt que de traverser le Tunnel. Un peu plus loin, le sentier des Colombes et les escaliers du Palais de Rumine sont une véritable option de parcours pour rejoindre la place de la Riponne. Les parcours du quotidien sont étudiés pour être le plus agréable, sécuritaire et ludique possible. Les passages loin du trafic, par la “forêt”, la “campagne”, au chaud ou en compagnie des animaux empaillés, sont donc favorisés.


Des parcours ponctués et segmentés


Les passages piétons, les parkings, les kiosques, les bâtiments emblématiques, les limites de la chaussée sont autant d’éléments qui jalonnent et structurent leurs parcours à travers le périmètre. Il n’y a donc pas uniquement une destination à atteindre mais également une série de points intermédiaires qui permettent de séquencer les cheminements. Les parcours sont ainsi segmentés et ainsi plus facile à aborder pour les enfants, ce qui leur donne un sentiment de sécurité. Ces éléments sont détaillés par thématique dans les articles identifiés par lecture des lieux


Peu d’appropriation de longue durée mais des “micros lieux de rencontre”


Aux horaires d’entrée et de sortie des classes et des crèches, la présence des familles génère temporairement des “micros lieux de rencontre”. Mais les aménagements actuels n’invitent jusqu’à présent pas particulièrement les enfants et leurs parents à séjourner dans le périmètre.


Le potentiel rassembleur de la place du Tunnel


Ce constat n’est plus valable dès que Tunnel Rêve de Vert envahit la place du Tunnel. De début juillet à la rentrée scolaire, depuis 10 ans, la place du Tunnel se transforme en parc de quartier. Le terrain aventure, développé par la Fondation pour l’Animation Socioculturelle Lausannoise (FASL) et soutenu par la Ville de Lausanne, remplace le goudron par des copeaux et le parking par un espace de verdure et de rencontre, avec divers ateliers, jeux et cuisines. Dans le cadre de cet événement, la place du Tunnel, a démontré sa capacité à rapprocher les différentes entités qui accueillent des enfants dans le quartier, autrement chacune fortement ancrée dans son propre secteur et isolée des autres. Tunnel Rêve de Vert est donc l’occasion de rassembler les enfants du périmètre et de les ouvrir sur l’extérieur en attirant des familles de toute la ville.


Dialogues autour des perceptions


Les élèves du Collège de la Barre ont réalisés, par groupe de 4 ou 5, des cartes mentales qui représentent un parcours allant de la place du Tunnel à la place de la Riponne en reliant des endroits qu’ils avaient choisis individuellement. Cet exercice a permis de lancer de vives discussions car les vides entre les lieux devaient être comblés, le parcours discuté, et les points de repères partagés et mis en commun. On retrouve les éléments mentionnés précédemment et nombre des thématiques abordées dans les articles identifiés par #lecture des lieux. Croiser ces dessins collectifs avec la carte “constellations et parcours” donne des éléments de compréhension concernant les perceptions des enfants du périmètre et ses occupations.