Minéralité et végétalisation

Mis à jour : 6 juin 2019

Une attente des usagers est d’avoir plus de verdure, soit pour le plaisir des yeux, soit pour des raisons environnementales.


Si la place du Tunnel bénéficie de la présence de grands arbres, il n’y a pas de végétation à échelle humaine et c’est la présence du béton qui marque les esprits.


Le caractère minéral de la place de la Riponne est une conséquence de la construction du parking souterrain, qui la prédispose à une vocation à priori moins végétale. Les deux places ne sont pas égales en termes d’usage du (sous-)sol.


La rue des Deux-Marchés contraste avec cette minéralité, la végétation et son échelle humaine sont appréciées.



  • Quel(s) type(s) de végétation convient aux espaces du Tunnel et de la Riponne et sous quelle forme l’intégrer?


  • Comment marier usages urbains et végétation?


  • Quelles formes minérales et/ou végétales pour des espaces de centre-ville résilients aux changements climatiques?


  • Comment envisager les questions du stationnement et de l'accessibilité des véhicules, sans que celles-ci prétéritent les enjeux de végétalisation du centre-ville?



“La Riponne c’est le toit d’un parking” - Etudiante


“J’ai aussi tenté de faire de la nature en ville pour transformer les arbres de la petite place du Tunnel qui servaient comme pissoirs à chien en pots de fleurs. Mais les seules fleurs qui poussaient étaient systématiquement saccagées.” - Commerçante du Tunnel


«Des potagers comme ça permettraient d’amener un peu plus de végétation sur la place, malgré le parking !» - Une jeune lausannoise pendant une balade, à propos des potagers de La Grenette


«S’il y avait plus de végétation sur l’espace vide de la place du Tunnel, je suis sûr que les gens viendraient s’y mettre.» - Une jeune lausannoise pendant une balade