Interact: (Re)faire place, histoire d’être...

Mis à jour : 27 mai 2019

Quelle(s) vision(s) pour le secteur Riponne Tunnel ? Perspectives de projet urbain des étudiants de deuxième année de la Maîtrise en Géographie, spécialisation Urbanisme Durable et Aménagement des Territoires (UDAT) de l’Institut de géographie et durabilité de l’UNIL.


Le secteur Riponne-Tunnel possède un grand potentiel à exploiter, pour renouveler ses places et les rendre vivantes. La Riponne est une place à l’échelle de l’agglomération de 12’000m2, contrairement au Tunnel, place de quartier composée de deux secteurs de 4'000 et 1’500m2. La Riponne a une grande emprise au sol par rapport aux autres espaces publics lausannois, ce qui la rend difficilement lisible, et n’a que peu d’éléments attrayants. Le Tunnel possède divers éléments à valoriser.



Diagnostic

Afin de réaliser un diagnostic complet, nous avons d’abord réalisé une analyse spatiale, fonctionnelle et sensible d’espaces publics lausannois (Flon, St-François, Palud, St-Laurent, Cathédrale). Elle a permis de ressortir les éléments à intégrer dans les scénarios. Les cafés, bars, restaurants permettent d’attirer les passants, pouvant admirer plusieurs monuments (églises, hôtels de ville, horloge, cathédrale). Ces places sont animées, cadrées par le bâti et sont des lieux de passage et de séjour. La pente est bien exploitée et permet de nombreuses vues. La voiture est complètement absente.

L’histoire a été un second élément caractéristique du secteur. Elle montre que la ville a pris le pas sur la nature que l’on trouvait auparavant. La place du Tunnel passe d’un espace ouvert à la place actuelle bien cadrée par des bâtiments. Des vignes bordaient la place et la Louve était présente. Cette place ne devra pas subir de grandes modifications, mais divers éléments pourront faire un rappel à l’Histoire.

La place de la Riponne possédait des halles, ce qui la rendait plus petite. Ces dernières ne sont plus présentes aujourd’hui, ce qui la rend très grande et de ce fait peu lisible. Il sera essentiel pour le projet de la recadrer. De nouvelles halles pourront renouer le lien avec la nature et animer la place.

Le front bâti, sur la place du Tunnel, structure l’espace, contrairement à la Riponne, qui est mal cadrée, trop grande. Les balcons et escaliers permettent de la voir dans son ensemble, car elle est en cuvette. Cet aspect à exploiter représente un enjeu du projet. Le Tunnel n’a pas une topographie particulière.

Les fonctions présentes sur ces deux places sont bien différentes. Les rez-de-chaussée de la place du Tunnel sont bien occupés, mais leur potentiel d’attraction n’est pas pleinement exploité. Il s’agira de les réactiver et de les mettre en valeur. Sur la Riponne, on trouve peu de fonctions. Cette place n’attire pas la population, qui la traverse sans s’y arrêter.

En matière d’accessibilité, la place de la Riponne marque la transition entre un secteur principalement piéton au sud et un secteur principalement circulé au nord. La marche est stoppée par la route menant au parking. Sur la place du Tunnel, les piétons sont cantonnés aux trottoirs. Notre projet redonnera une pleine place aux piétons, pour qu’ils ne ressentent plus cette coupure dans leur cheminement.


Concept et principes directeurs

Grâce au diagnostic présenté ci-dessus, refaire place semble être le concept qui correspond le mieux à notre projet. Il s’agira de mettre en valeur les divers aspects historiques, les balcons et escaliers et donc les vues, ainsi que le front bâti, pour réactiver et donner une vie à ces places.

Scénarios Riponne

Les scénarios concernant la Riponne comportent tous des éléments semblables. La route qui traverse actuellement la place serait enlevée, tout en gardant le parking, dont l’entrée serait déplacée à l’extrémité Sud-Ouest de la place. L’entrée du métro serait conservée dans sa position actuelle. Le bâti existant serait préservé, tout comme l’escalier de l’église évangélique et la rue du Tunnel. Un escalier permettrait de relier cette dernière à la place, favorisant l’accessibilité piétonne et atténuant la pente.


Variantes

Arrêt sur histoire: une halle serait placée devant le bâtiment de l’administration cantonale, approximativement à l’emplacement de la halle historique, dont elle reprendrait l’esprit et l’allure. Elle comporterait deux cafés/restaurants remplaçant les deux existants. L’espace restant serait réservé à des programmes publics mixtes, par exemple le marché ou d’autres manifestations et expositions.

Front bâti de transition : deux halles seraient placées le long de la rue du Tunnel, créant une symétrie bâtie avec le Palais de Rumine. Une des deux halles pourrait accueillir un lieu de restauration collective. L’autre halle constituerait un lieu couvert pour le marché et la vente de produits régionaux. Le rôle historique de la place, le lien ville-campagne, serait alors recréé. Un café serait aussi introduit au bout de cette seconde halle, au Sud-Ouest de la place, afin d’activer les lieux.

Place à échelle humaine : ce scénario reprendrait le précédent (deux halles adjacentes à la route) en ajoutant un couvert au-dessus de l’arrêt de métro. Cet espace pourrait accueillir des manifestations temporaires.


Rue des Deux-Marchés

Ce secteur étant déjà bien aménagé, les modifications seraient mineures. Il resterait semi-privatif et plus intime pour les immeubles autour. L’actuelle rue des Deux-Marchés serait piétonnisée et requalifiée par une rampe et des escaliers avec de larges marches. Ce secteur serait ainsi exempt de voitures. Des éléments verts permettraient de structurer le bord de la rue.


Tunnel

Le secteur actuel du Tunnel présente des rez-de-chaussée actifs à valoriser. Il demande d’être réactivé pour attirer les habitants du quartier. Des espaces seraient laissés libres afin que la population décide elle-même des aménagements souhaités, par exemple en aménageant une place de jeux.


Variantes

Clin d’œil historique : le pavillon existant serait modernisé, tout en gardant son allure actuelle. Il accueillerait une maison de quartier, permettant diverses activités. Des vignes, rappel de l’histoire, seraient placées sur le secteur à l’Ouest. Le parking se trouvant sur le secteur à l’Est serait conservé.

Esprit de quartier : le pavillon serait aussi rénové. Il accueillerait une maison de quartier et un café. Les vignes seraient placées sur le secteur à l’Est, qui ne comporterait plus de parking. Cet espace amènerait un lieu de tranquillité, tout en étant attrayant.



DALDINI Lara, GAGNAUX Audrey, IRIARTE Pauline, KAUFMANN Tim, NEIER Maeva Atelier Projet urbain Riponne Tunnel, UDAT, 2018