Interact: Modul.r

Mis à jour : 27 mai 2019

Quelle(s) vision(s) pour le secteur Riponne Tunnel ? Perspectives de projet urbain des étudiants de deuxième année de la Maîtrise en Géographie, spécialisation Urbanisme Durable et Aménagement des Territoires (UDAT) de l’Institut de géographie et durabilité de l’UNIL.


Le secteur Riponne-Tunnel a connu moult changements au cours de son histoire. Aujourd’hui, l’identité de ses places est indéfinie et leur potentiel inexploité. En effet, les interventions qu’elles ont subies ont tenté de répondre aux différents enjeux imposés par les époques, mais n’ont finalement eu pour conséquences principales que de paralyser ces espaces et les priver de leur potentiel d’accueil et de leur rayonnement.


Notre diagnostic a permis d’identifier plusieurs thématiques rattachées à l’espace lausannois et à son identité. Lausanne est une ville de culture, de sport, ainsi que de recherche et d’innovation. Fortement représentées sur son territoire, ces thématiques font échos à la stratégie de marketing urbain de la ville et montrent à quel point Lausanne est une ville plurielle et complète. Une constatation qui se spatialise d’ailleurs sur les places lausannoises qui revêtent des fonctions permanentes mais également temporaires en accueillant divers évènements et manifestations.


Le secteur Riponne-Tunnel héberge des éléments qui traduisent une certaine efficacité. Cependant, il n’est que peu exploité en comparaison avec les autres places lausannoises. Son potentiel d’accueil est d’ailleurs à considérer au regard de la déprogrammation prochaine de deux places emblématiques : celle de la Navigation et celle de l’Europe. Les dimensions de l’espace Riponne- Tunnel peuvent ici entrer comme un caractère seyant pour répondre à ce futur enjeu. Ainsi, le vide stérile qui la caractérise en serait qualifié. Toutefois, notre périmètre d’intervention est aujourd’hui bien en-deçà de ses capacités et déconnecté des autres places notamment au niveau événementiel. Le secteur Riponne-Tunnel est également séparé des tissus environnants. En effet, la lecture de celui-ci montre l’effarante dissociation avec le bâti ceinturant la place et aucun des points cardinaux n’y échappe ; la place n’est finalement qu’une cavité fade au milieu de la ville. Pourtant, le Nord a bel et bien été relié au secteur ; naguère, le tram du Jorat et sa gare se trouvaient au Tunnel. Plus tard, la construction de l’autoroute a encore alimenté cette liaison septentrionale.


En parallèle, les différents aménagements de la Riponne au fil du temps ont figé le lieu avec la vision monofonctionnelle des époques : d’une halle aux grains à un parking souterrain, en passant par un parking en plein air. Cependant, l’identité lausannoise est, comme nous l’avons mentionné, loin d’être aussi monotone que cela. Il est donc important de repenser la place en terme de polyvalence en créant un lieu mouvant, à temporalités plurielles.

Outre cette réflexion sur les fonctions implantées sur le territoire, il est essentiel de prendre en compte le fait que le futur est incertain et évolutif. Il est donc important que le secteur Riponne-Tunnel soit malléable à long terme afin d’être résilient. En somme, qu’il vive avec son temps car les solutions d’aujourd’hui sont souvent, en urbanisme, les problèmes de demain.


Ces constatations nous amènent donc à penser un concept que l’on veut aussi pertinent que réaliste. En effet, la manière d’entrer dans le vif du sujet parmi cette kyrielle d’informations est de pousser la porte de la simplicité et de la perspicacité. Cette porte d’entrée est en réalité multiple ; elle est à la fois thématique et physique. La porte d’entrée thématique renvoie aux domaines de la culture, du sport et à celui de la recherche et de l’innovation, si importants pour l’identité lausannoise. Dernier volet du marketing urbain, le développement durable doit également être pris en compte en tant que tel, bien qu’intrinsèquement lié aux autres thématiques. Ces éléments doivent selon nous être introduits dans l’espace d’intervention pour le rendre sensible et engageant. La porte d’entrée physique, quant à elle, fait écho d’une part à la volonté de créer une réelle entrée de quartier sur la Place du Tunnel et, d’autre part, à la réintroduction des connectivités et des perméabilités à la fois au sein de notre périmètre d’intervention, mais également entre celui-ci et les tissus environnants.


Pour créer cet idéal, la résilience et la réversibilité sont donc de mise et permettent d’enrayer les actions qui ont tétanisé les opportunités de ce secteur. De cette façon, il devient enfin ce qu’il a toujours eu vocation d’être : un lieu de convergence et de rassemblement qui correspond aux Lausannois. Ainsi, le projet modul·r propose de renverser la tendance en offrant un modèle qui intègre au secteur Riponne-Tunnel plusieurs éléments flexibles, multifonctionnels et malléables. Des places par et pour les Lausannois, des places populaires, des places des possibles. En effet, le projet modul·r détaille le secteur Riponne-Tunnel en trois sous-espaces d’intervention indissociables les uns des autres : la Place de la Riponne, la Place des Deux-Marchés et la Place du Tunnel, chacune ayant une identité reconnaissable. De deux places vides et impersonnelles, liées par un passage aussi ennuyeux qu’inhospitalier, le projet propose de transiter vers un secteur où trois vraies places publiques se côtoient et se complètent, sans jamais se refuser.


Au coeur de ce secteur : trois modules, trois objets fixes à usages multifonctionnels. Ces éléments ont pour but de structurer l’espace, de créer des transitions douces et d’offrir des vues. En d’autres termes : d’inviter les Lausannois à venir s’installer, se prélasser, échanger, circuler, se ressourcer. In fine, ce sont trois modules qui permettent de redonner du liant, de la cohésion et de l’identité à ces places aujourd’hui déconnectées.


Ce projet permet finalement de rassembler différents propos en les sublimant simultanément car il autorise effectivement la spontanéité et la facilité, mais surtout la remise en question. Un trait d’union entre l’aujourd’hui et le demain, entre l’éphémère et le durable, entre l’utopie et le réalisme.



Coline Bovay, Floriane Gargasson, Romaine Rossier & Ligaya Scheidegger